En un poème…

vie heureuse

J’aurais voulu être professeur de vie

J’aurais appris aux enfants, aux adultes aussi

les choses délicates et précieuses de la vie :

qu’un amour ne s’use pas,

que la seule liberté qui vaille la peine d’être vécue

est la liberté d’être,

qu’il est possible de se laisser surprendre

par l’infinie vivance des choses de la vie.

J’aurais aimé semer en eux le goût de la curiosité

pour ne pas se laisser entraîner

par les idées toutes faites,

par les modes ou les conditionnements

qui s’imposent insidieusement.

Jacques Salomé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s