La grammaire en couleurs

Il est parfois bien difficile aux élèves, d’une part de distinguer les classes grammaticales des fonctions, et de l’autre, les classes grammaticales entre elles ou les fonctions entre elles.

Mon propos ici n’est pas d’entrer dans les querelles de grammairiens mais bien plutôt de partager quelques pistes afin de faciliter l’apprentissage de la langue.

Sur les conseils d’une collègue de primaire, j’ai testé sur une année scolaire en 6e (mais aussi en 4e et 3e) l’utilisation des symboles grammaticaux Montessori. Une vraie révélation !

https://i2.wp.com/www.lejardindekiran.com/wp-content/uploads/2015/03/Img_SymbolesGrammaireMontessori.jpg

Pour ma part j’ai choisi de faire dessiner chaque symbole SOUS le mot (2 interlignes laissés à cet effet). Je les ai affichés en classe afin qu’ils soient consultés par tous à tout moment. Par souci d’interdisciplinarité, je ne les ai pas classés en mots variables/invariables pour permettre à mes collègues de langue vivante de les utiliser également. L’adjectif variable en français ne l’est pas en anglais.

Chaque semaine nous consacrons une séance à la dictée durant laquelle les élèves s’approprient les symboles pour matérialiser les accords. La progression s’est déroulée sur toute l’année :

  1. Recherche des verbes, dessin du rond rouge, écriture de l’infinitif en rouge dans la marge.
  2. Recherche des noms, puis des adjectifs et des déterminants pour revoir la notion de Groupe Nominal : groupe de mots que j’ai choisi de mettre entre crochets noirs [].
  3. Recherche des pronoms.
  4. Recherche des mots invariables : adverbe, préposition, conjonction (coordination et subordination) puis interjection.
  5. Notion de phrase simple et de phrase complexe : compter les ronds rouges, repérer les conjonctions.
  6. Notion de prédicat : le verbe et ses compléments.

PS : retour régulier sur ces notions en les mélangeant et/ou en les précisant (mode/temps par ex.).

 

Cet exercice de langue comporte toujours les mêmes étapes :

  1. Choix et formulation avec les élèves des objectifs selon ce qu’on a vu dans la semaine en littérature ou écriture.
  2. Préparation : 5 mn de relaxation (ils y tiennent !).
  3. Dictée individuelle du texte avec double interligne pour indiquer l’un en-dessous de l’autre la classe grammaticale puis la fonction (chacune sa ligne pour faciliter la relecture et la compréhension).
  4. Recherche individuelle des classes grammaticales et dessin des symboles.
  5. Mise en commun en binôme, puis par groupe de 4, pour une négociation et une correction entre pairs.
  6. Proposition d’un seul cahier à l’enseignant qui valide ou non la correction de la dictée et de l’analyse grammaticale.
  7. Validation finale par un sticker smiley choisi par l’élève cahier de référence.

Puis, dès que l’occasion se présente, nous réinvestissons ces symboles en lecture ou en écriture.

L’apport d’une forme et d’une couleur à chaque classe grammaticale permet de mieux ancrer l’apprentissage des notions en association 4 Capacités : verbale-linguistique, logico-mathématique,  visuelle-spatiale et corporelle-kinestésique.

Il est possible pour les élèves plus fragiles d’avoir recours aux formes en 3D et de les faire manipuler,

https://i0.wp.com/www.lejardindekiran.com/wp-content/uploads/2015/03/Img_SolidesGrammaire.jpg

de concevoir des réglettes pochoir (pour les élèves dispraxiques ou disgraphiques),

Réglette pochoir Ekladata

ou encore des vignettes repositionnables.

https://i1.wp.com/www.lejardindekiran.com/wp-content/uploads/2015/03/NomSymboles_Demo.jpg

Le Jardin de Kiran

Montessori n’est pas la seule méthode qui propose d’utiliser des symboles pour mieux comprendre la grammaire. Celle de la Pédagogie Agile est également très intéressante car beaucoup plus analytique et précise, mais peut-être avec l’inconvénient de l’être et celui de ne pas utiliser de couleurs :
https://pedagogieagile.files.wordpress.com/2013/09/ncfp.jpg?w=137&h=142
Symboles Pédagogie Agile

La sollicitation de l’intelligence corporelle-kinestésique est sans aucun doute une piste à approfondir comme le fait déjà Pierre Jacolino qui s’est inspiré des gestes Borel-Maisonny pour enseigner la grammaire à ses 6e : Des gestes pour enseigner la grammaire in PedagoJ

Conclusion : on a toujours besoin d’une boite de feutres chez soi !

Laetitia FERRARI

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s